origine1.jpgorigine2.jpgorigine6.jpgorigine7.jpg

 

 

Quels sont les signes évocateurs de tumeur de vessie ?
Le symptôme le plus fréquent et qui doit faire rechercher de manière quasi systématique un polype de vessie, est l’hématurie, présence de sang dans l’urine, macroscopique, visible à l’œil nu, et en générale, terminale, visible à la fin de la miction, mais parfois totale, colorant les urines en rouge de manière harmonieuse et parfois abondante.

Ce symptôme est en général isolé et implique, de réaliser une cystoscopie. L’importance de cette hématurie ne préjuge, en rien, du degré d’agressivité ni de l’importance des polypes. Elle peut être un épisode isolé unique ou se reproduire de manière opiniâtre.
Tout épisode d’hématurie même minime, même unique impose de consulter un urologue !

L’hématurie microscopique, présence de sang à l’analyse d’urine, constatation fréquente de la visite du travail, n’a pas du tout la même signification. Elle implique, bien évidemment, un bilan exhaustif par l’urologue, mais ne débouche, que très rarement, sur le diagnostic de polype de vessie.

D’autres symptômes sont possibles mais moins significatifs : cystites récidivantes, qu’elles soient infectieuses ou non, tableau associant des douleurs mictionnelles et des envies fréquentes d’uriner (pollakiurie), des envies pressantes (impériosités)…

 LE TRAITEMENT

Quel traitement pour quelle tumeur ?

La grande majorité des tumeurs de vessie, fort heureusement, relève d’un traitement local. C’est le cas des tumeurs non infiltrantes TVNIM (70%) (cf schéma ci-dessus) dont le traitement et la surveillance vont dépendre du grade cytologique mais également du stade histologique.

Le premier traitement, c’est avant tout, l’arrêt du tabac.

Ensuite, c’est la résection endoscopique de la tumeur qui permettra d’une part, de traiter la lésion et, d’autre part, faire une analyse anatomo-pathologique pour un éventuel traitement complémentaire et organiser la surveillance.

Les TVNIM à faible risque ( Ta unique, bas grade, <3 cm, non récidivé) relèvent d’une simple surveillance par cystoscopie après la résection endoscopique.

Les TVNIM à risque intermédiaire ( Ta bas grade multifocale et/ou récidivante, T1 bas grade) indiquent des instillations endovésicales de mitomycine C ou de BCG.
Les TVNIM à haut risque ( Ta haut grade, T1 récidivante, T1 haut grade, CIS) impliquent une résection endoscopique complète puis 3 à 4 semaines après des instillations endovésicales de BCG. 

Parfois, à ce stade, en cas de récidive sous traitement ou de progression, la cystectomie est indiquée.

Les tumeurs infiltrantes TVIM (30%), quant à elles, relèvent d’un traitement dominé par la cystectomie pour les formes localisées (pas de métastase ganglionnaire ou viscérale ). D’autres traitements peuvent être discutés. 

Les formes étendues, métastatiques auront de la chimiothérapie.


Joomla templates by a4joomla